Situation hydrologique en Tarn-et-Garonne : Un appel à la prudence face à la pénurie d'eau


28 août 2023 - 1963 vues

Le Conseil départemental de Tarn-et-Garonne tient à informer la population sur
la situation hydrologique difficile dans notre département et les mesures prises pour 
faire face à cette situation.
Il est important de savoir que les débits des grands cours d’eau sont 
artificiellement soutenus par des déstockages d’eau à partir de barrages situés 
principalement dans les Pyrénées, le massif central ou la montagne noire. Cela 
permet ainsi de couvrir les besoins pour la production d’eau potable, l’irrigation, les 
usages industriels tout en préservant le milieu naturel, généralement entre les mois de
juillet et d’octobre.
Les cours d'eau réalimentés : une gestion responsable des ressources
Des déstockages d'eau, communément appelés "lâchures," sont en cours depuis
la mi-juillet sur les bassins de la Garonne, de l’Aveyron, du Tarn, de la Neste, de la 
Lère et du Tescou. Ces lâchures sont financées conjointement par le Conseil 
départemental, l'Agence de l'Eau, et les bénéficiaires locaux, démontrant ainsi notre 
engagement commun pour la gestion responsable de nos ressources en eau.
La situation actuelle sur le bassin de l'Aveyron est plus critique que celle 
constatée sur la Garonne ou le Tarn malgré les lâchures conséquentes réalisées depuis
les barrages de St Géraud et du complexe hydroélectrique du Lévezou. Les débits 
actuellement relâchés, à hauteur de 2.5 m/s, sont essentiels pour compenser les 
prélèvements destinés à l'agriculture et à l'approvisionnement en eau potable. 
Toutefois, en raison de l'effondrement des débits naturels de l'Aveyron et de ses 
affluents (notamment le Viaur, le Cérou, et la Lère), les débits observés en sortie du 
Communiqué de presse 1/2
bassin de l'Aveyron sont alarmants, en dessous de la cote d'alerte fixée à 
2m3/seconde. Des restrictions de prélèvements, limités à 2 jours/semaine, ont été 
instaurées à partir du 19 août ; en effet les stocks d’eau destinés à réaliser les lâchures
ont été consommé pour moitié depuis mi-juillet. Ils doivent être préservés pour 
pouvoir répondre aux besoins de l’eau potable, du milieu naturel et de l’irrigation des 
vergers.
Les petites rivières non réalimentées : restrictions variées
Sur la quasi-totalité des cours d'eau non réalimentés, des restrictions sont en 
vigueur. Elles varient de 2 jours à 3.5 jours/semaine, voire des restrictions totales, 
selon la situation locale. Les premières restrictions ont été mises en place mi-juillet.
Nous continuerons à surveiller la situation de près et à prendre les mesures 
nécessaires pour garantir un approvisionnement en eau adéquat pour tous. La 
préservation de notre environnement et de nos ressources en eau demeure une priorité
fondamentale pour notre département.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article