COVID 19 Le Conseil départemental précise son offre de services à l’ARS pour amplifier la campagne de vaccination


20 janvier 2021 - 350 vues

Dès le lancement de la campagne de vaccination nationale, le Conseil départemental de
Lot-et-Garonne, comme la plupart des collectivités locales et associations d’élus partout
en France, a proposé au Gouvernement, par l’intermédiaire des services préfectoraux et
de l’Agence Régionale de Santé, de l’épauler dans la mise en oeuvre de cette phase
essentielle pour sortir de la pandémie.
L’ARS Nouvelle-Aquitaine a accueilli favorablement cette proposition et les services du
Département ont été invités par la présidente Sophie Borderie à échanger avec la
délégation départementale de l’ARS pour affiner les besoins.
Il s’agit de pouvoir mettre à profit les qualités d’agilité, de proximité et de connaissance
du territoire dont le Département a déjà su faire preuve par le passé durant cette
pandémie, à commencer par les dotations en masques pour les personnels en première
ligne face à la pénurie nationale.
Aussi, bien que le Département ne soit pas compétent en matière de santé publique, le
Conseil départemental propose ses services pour amplifier la campagne de vaccination.
La collectivité a notifié ces propositions à l’ARS ce 19 janvier.
Il s’agit :
 D’assurer, en moins d’un mois, la vaccination des quelque 900 résidents de
plus de 65 ans dans les établissements sociaux et médicaux-sociaux
autorisés par la collectivité (résidences autonomie, résidences services, foyers
de vie, etc.) ;
 De mobiliser le bus de l’autonomie de l’UNA, en partenariat avec cette dernière,
pour en faire un mini-centre mobile de vaccination qui se rendra dans les
secteurs les plus éloignés des grands centres de vaccination, au profit des
personnes âgées de plus de 75 ans, isolées et sans médecin traitant.

Dans les deux cas, le Département s’appuiera à la fois sur des personnels de santé
récemment retraités et sur des personnels de santé en activité, sous réserve de ne pas
désorganiser des missions essentielles comme la protection maternelle et infantile (PMI)
qui ne peuvent être interrompues, surtout dans les périodes successives de confinement.
Enfin, pour anticiper une éventuelle augmentation du nombre de centres de vaccination,
6 bâtiments du Département sont proposés en cas de besoin.
Toutes ces mesures, de nature à renforcer la campagne de vaccination, au plus près du
terrain, sont bien entendu suspendues à l’accord de l’ARS mais aussi à la disponibilité de
doses de vaccin en quantité suffisante. 

https://www.leetchi.com/c/radio-cool-direct

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article