Elections - communiqué du groupe d'opposition Agen


29 juin 2021 - 696 vues

La France vient de vivre une séquence électorale inédite, avec 2 élections en simultané.

La gauche a confirmé ses positions en Lot et Garonne et en région Nouvelle Aquitaine.

Les élections régionales auront été marquées à la fois par l’échec de l’union de la gauche, que nous regrettons, et par la victoire de la gauche en Nouvelle-Aquitaine, dont nous nous réjouissons. Concernant notre groupe, Maryse Combres est réélue. Le Lot-et-Garonne envoie donc 6 élu.e.s de gauche à au sein de l’assemblée régionale : qu’ils en soient ici toutes et tous chaleureusement félicité.e.s. Nous adressons également nos félicitations républicaines à Jean Dionis, lui aussi réélu dans l’opposition régionale.

Les élections départementales ont confirmé la réussite de Sophie Borderie et ses équipes en Lot-et-Garonne. Nous adressons nos félicitations les plus chaleureuses à Béatrice Lavit et Jean-Jacques Mirande, secondés par Marjorie Delcros, qui réintègrent le canton Agen-4 au sein de la majorité, après une parenthèse dans l’opposition. Nous tenons également à remercier et féliciter notre ami Paul vo Van, vainqueur dans l’Ouest agenais, ainsi que Naïma Lasmak et Pierre Dupont pour leur campagne sur le canton Agen-3 ; leur énergie et leur volontarisme auront marqué les esprits.

Localement, ce double scrutin en dit long sur l'équilibre des forces en présence. Elue avec un peu plus de 1000 voix d'avance aux élections municipales de 2020, l'équipe de Jean Dionis perd du terrain. D'une part Sandrine Laffore (tête de liste d'Alain Rousset et ancienne conseillère municipale socialiste à Agen) fait 250 voix de plus que Jean Dionis (tête de liste de Geneviève Darieussecq) dans les bureaux de vote agenais, sans même compter les voix écologistes de Maryse Combres (tête de liste de Nicolas Thierry). D'autre part, Agen ne compte plus qu'un seul canton à droite avec le basculement à gauche du canton Agen-4. Bien plus "qu'un carton jaune" comme Jean Dionis se plait à le dire dans la presse, ce double scrutin est le signe que le vent est en train de tourner. La défaite de la 1re adjointe et vice-présidente de l’agglomération n’en est que la partie visible.
Les Lot-et-garonnais ne se retrouvent pas dans les choix politiques locaux comme nationaux de la droite. Cela ouvre une porte pour un changement de cap politique. 

Bien sûr, ces scrutins resteront entachés du sceau de l’abstention. Les raisons en sont sûrement multiples. On peut en pointer quelques-unes : le soleil, le Covid, le déconfinement, l’aspect technique de ces élections…  Mais n’oublions pas la privatisation du service de distribution de la documentation officielle, un échec cuisant ; l’incapacité du gouvernement actuel à écouter, ou tout simplement comprendre la population en général, et la jeunesse en particulier ; la violence d’Etat, chaque jour plus présente.

Ce niveau record de l'abstention à une élection locale, qui n'a pas été contredit pas un sursaut au second tour, est incontestablement un signal fort de nos concitoyen.ne.s contre une politique nationale qui ne répond pas à leurs besoins et prive les politiques locales des moyens de leurs ambitions. Elle incarne une crise de la démocratie inédite face à laquelle aucune de nos institutions ne peut rester sans réagir, sous peine de se condamner elle-même.

 

Face à cette crise profonde, les élu.e.s locales et locaux ne peuvent manquer de réagir. ​En tant qu'élu.e.s de gauche et écologistes, il nous revient tout particulièrement de rapprocher la chose publique des électrices et électeurs. ​Il nous revient d’impliquer, d’expliquer, de partager… ​Nous nous y sommes attachés lors de cette double campagne, comme lors de la campagne municipale de 2020, avec un certain résultat. Nous continuerons.

 

Le groupe d’opposition du conseil municipal : Laurent Bruneau, Maryse Combres, Marjorie Delcros, Pierre Dupont, Fatna Karam, Naïma Lasmak, Frédéric Rauch

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article