Le Tarn et Garonne Autrement Rémi Ros

01 février 2018 - 2235 vues

Animateur-éducateur en milieu scolaire de formation, j'ai exercé un temps ce beau métier avant que des aléas me mènent, déjà, sur des routes de traverse. J'ai donc été tour à tour attaché commercial en assurance, responsable administratif en officine et conseiller mutualiste. Un licenciement plus tard et me voilà, presque sans l'avoir voulu, à écrire mon premier guide. Je n'ai rien cherché au départ, je me rappelle seulement être parti sur les routes du Tarn et Garonne et m'être perdu , comme je dis souvent, au fond d'une vallée, dans la chapelle d'une église ou la coursive d'un château. J'ai donc découvert autrement un territoire qui ne manque pas de caractère et de curiosité. Je me suis laissé séduire par sa beauté, surprendre par la variété de ses richesses mais surtout j'ai pris le temps de l'admirer dans le détail. « Le Diable se cache dans les détails », je cherche à le débusquer pour profiter de ce que l'on ne voit pas ou que l'on ne voit plus à force de trop passer à côté : un griffon farceur, une statue malicieuse, un gratte chaussure à l'entrée d'une maison qui s'orne de l'arête dorsale d'un poisson, un diablotin caché derrière le porche d'une église. Chacune de cette fantaisie va alimenter mon imagination et je proposerai aux lecteurs des visites différentes où j'aurai pris, volontairement, la posture du conteur plutôt que celle de l'historien.

Mais avant d'écrire, il me faut baliser mes journées de travail, paradoxe pour quelqu'un qui souhaite se perdre ! Donc je commence mon investigation à la maison et bâtis mon carnet de voyage : lecture de guides, de livres, de blogs. Sans Internet je suis démuni. Je note dans un répertoire tous les lieux, les sites, les incongruités qui m'intéressent puis je pars sur le terrain, aux beaux jours avec ma tente et mon réchaud comme un vieux briscard. C'est une des parties les plus passionnantes de mon métier. Armé de mon appareil photo et de ses accessoires, je pars chercher des certitudes, vérifier que ce que j'ai noté est bien conforme et, miraculeusement, je trouve toujours quelqu'un qui est disposé à m'indiquer un lieu insolite, à me raconter l'histoire du pays, celle que l'on raconte en comité restreint, entre amis, au coin du feu. Là mon catalogue s'élargit et la carte mémoire de mon appareil ne suffit plus : ici une fontaine romaine, là une curiosité géologique. J'amasse de l'information et de l'image.

L'automne arrive. Vient le temps de ramasser toutes ses merveilles. Elles s'étalent sur mon ordinateur mais il faut que je leur rende vie pour ne pas dire grâce, tellement elles m'ont offert. Alors d'un détail ( toujours lui ) je crée mes histoires tel un romancier, les mettant en perspective avec mes photos pour que le lecteur puisse se faire plaisir en s'évadant intellectuellement dans un premier temps et en s'oubliant dans un deuxième lors d'une simple sortie du dimanche. Car mes guides, s'ils s'adressent à tous, sont sources de joie pour l'autochtone qui ne sait plus voir l'élégance de son pays. Je travaille avec un ami pour la réalisation de mes mises en page. Elles nécessitent un graphisme soigné, une approche rigoureuse qui leur offrent ses lettres de noblesse. Mes guides se présentent comme des magazines, riches d'illustrations et de textes.

Tout cet énorme travail fourni, il ne me reste plus qu'à aller partager ma passion avec des lecteurs enthousiastes.

 J'ai oublié le plus important. Les guides se nomment Détec-Tive du nom de deux souris fureteuses qui farfouillent, débusquent la moindre anecdote, l'endroit le plus curieux qui soit. Deux souris, Miss Détec et Mister Tive, mes deux acolytes sans qui je ne suis rien. Deux détectives que l'on retrouve en filigrane dans mes histoires, plutôt un prétexte mais elles me rassurent. J'ai l'impression de travailler en équipe.

Auto-édité, un livre me finance le suivant. Si le dernier fonctionne bien, le guide Détec-Tive sur l'Aveyron autrement devrait être le prochain à naître.

En attendant, on peut trouver dans les rayons de la plupart des librairies des départements concernés :

Le Tarn et Garonne Autrement

Le Cantal Ouest Autrement

Le Cantal Est Autrement.

@Robert Linas

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article